Suppression des seuils de dédoublement

poisonavril2 ab2e0

Vous avez été très nombreu.euses à signer la pétition contre la suppression des seuils de dédoublements.

Malgré les plus de 3000 signatures récoltées (papier et numérique), le Ministre et la DGER ont décidé de ne pas tenir compte des avis fortement exprimés par les personnels et les familles et de supprimer les seuils de dédoublement.
En effet, la DGER présentera au CNEA, le 2 avril, un ensemble d’arrêtés modifiant les grilles horaires de toutes les formations (de la 4ème aux BTSA). Ces modifications portent sur les seuils de dédoublements. Si dans les grilles sont maintenues des références à des seuils, le haut de la colonne précise que ce sont des « seuils indicatifs » … une indication qui confirme les propos du Ministre « un relèvement des seuils de 16 à 19 et de 24 à 27 mais possibilité pour un établissement d’y déroger« . Il ne s’agit donc pas d’une simple modification des seuils mais bel et bien d’une suppression qui ne dit pas son nom pour de nombreuses disciplines.

L’Intersyndicale de l’Enseignement agricole (public et privé) et la FCPE ont donc décidé de maintenir et d’amplifier leurs actions contre cette suppression de seuils. Pour cela, nous vous proposons, le lundi 1er avril, d’envoyer un courriel à Messieurs Vincon (Directeur Général) et Bonaimé (Conseiller du Ministre), incluant une carte numérique (que vous trouverez ci-après). L’objectif est de démontrer une nouvelle fois, par une action forte, le refus massif des personnels sur la modification ou la suppression des seuils.

Dans la mesure du possible, l’envoi devra se faire entre 12 h 00 et 14 h 00, lundi. Vous adresserez votre message  (voir ci-après courrier- type) à philippe.vincon@agriculture.gouv.fr et benoit.bonaime@agriculture.gouv.fr, en prenant soin de choisir un titre à votre courriel. C’est très simple :
Recopiez le courrier-type dans un nouveau message et attachez-y l’image ci-jointe.  

Pour information, l
e lendemain, 2 avril à Paris, l’Intersyndicale et la FCPE boycotteront le CNEA convoqué ce jour là. En région, des rassemblements seront organisés devant les DRAAF. Nous vous invitons à les rejoindre (renseignez-vous auprès de vos secrétaires de section).

Merci d’avance pour votre mobilisation.

L’Intersyndicale (CGT-Agri, FO-Enseignement agricole, le Sea-UNSA, le SPELC-Agro, le Snec-CFTC, le Snetap-FSU et la FCPE )

 

Communiqué intersyndical

COURRIER-TYPE :

Objet : Seuils de dédoublement
Monsieur le Conseiller du Ministre,
Monsieur le Directeur Général de l’enseignement et de la recherche,

Comme vous le savez, nous avons été très nombreu.euses à signer la pétition contre la suppression des seuils de dédoublements.

Malgré les plus de 3000 signatures récoltées (papier et numérique), le Ministre et la DGER ont décidé de ne pas tenir compte des avis fortement exprimés par les personnels et les familles et de supprimer les seuils de dédoublement.

C’est pourquoi, par ce mail, j’entends protester contre la présentation au CNEA de demain, 2 avril, de projets d’arrêtés modifiant les grilles horaires de toutes les formations (de la 4ème aux BTSA) portant sur les seuils de dédoublements. Si dans les grilles sont maintenues des références à des seuils, le haut de la colonne précise que ce sont des « seuils indicatifs » … une indication qui confirme les propos du Ministre « un relèvement des seuils de 16 à 19 et de 24 à 27 mais possibilité pour un établissement d’y déroger ». Il ne s’agit donc pas d’une simple modification des seuils mais bel et bien d’une suppression qui ne dit pas son nom pour de nombreuses disciplines.

Avec l’Intersyndicale de l’Enseignement agricole (public et privé) et la FCPE, je dis NON à cette suppression de seuils.
Cette suppression conduira à une dégradation des conditions d’études des jeunes qui nous sont confiés et de nos conditions de travail et d’emploi. Sous couvert de conforter nos effectifs, cette « réforme annoncée » revient en fait à vouloir faire payer aux usagers et aux professionnels de l’Éducation que nous sommes, les suppressions d’emplois de fonctionnaires et d’agents contractuels, sans vouloir l’assumer politiquement !

Je vous prie de croire, Monsieur le Conseiller, Monsieur le Directeur Général, en mes respectueuses salutations