Guide « Qualité de vie au travail » de la DGAFP

Ce guide n’a pas été validé par la FGF-FO, il n’a pas fait l’objet de présentation aux organisations syndicales, nous vous le transmettons pour votre information.

A savoir que ce guide est présenté par l’administration comme un élément central qui devrait éradiquer la souffrance au travail (les RPS).
Nous aurions dû l’aborder au prochain CCFP, encore une fois, le dialogue social n’est pas une priorité pour cette administration.

Rappelons que la FGF-FO n’a pas signé en son temps l’accord RPS au regard du manque de moyen et d’orientation politique pour stopper les restructurations et les suppressions de poste. Avec le recul que nous avons aujourd’hui, nous pouvons dire que nous avions pris la bonne décision.

Comment conduire une démarche QVT et travailler sur l’amélioration des conditions de travail entre autre, lorsque le gouvernement au travers par exemple, du projet de loi de transformation de la fonction publique ainsi que l’outil AP 2022, ne fait que détruire ou restructurer en permanence les services. D’ailleurs, quel crédit pouvons-nous donner à ce guide et à son application lorsque nous savons que le CHSCT va disparaître?

Comment donner de l’autonomie, responsabiliser la hiérarchie et les personnels au travers de la qualité et de la performance du service public alors que ce gouvernement a choisi l’austérité budgétaire pour aborder sa vision du service public. Cela se traduit par le gel de la valeur du point d’indice, la baisse des taux de promotion, le PPCR qui nous enferme dans un grade voire dans le corps, le RIFSEEP qui est un frein manifeste à la mobilité.

Quel est le service public et non le service au public que souhaite ce gouvernement ? Qu’est-ce que « maison France » après les maisons de service au public? Avec quel service? Quel type de formation pour les personnels ? Quels moyens ? Quel déroulement de carrière? etc… D’ailleurs quel est le bilan du fonctionnement de ces maisons de service au public?

La qualité de vie au travail ne se décrète pas, encore des mots à l’instar des Risques Psychosociaux pour cacher cette souffrance au travail qui s’amplifie depuis la RGPP. Elle est aussi également un moyen de contourner les organisations syndicales pour interroger directement les personnels, la fameuse démocratie participative ou après avoir piégé les personnels, ces mêmes personnels finissent par décider de supprimer le poste de leur propre collègue.

Nous sommes curieux de savoir comment une démarche QVT pourrait stopper les trop nombreux suicides chez nos camarades et collègues policiers!!!

Guide « Qualité de vie au travail »

jeudi 16 mai 2019

Le Secrétariat Fédéral FGF-FO