En Bourgogne Franche Comté : les OS claquent la porte du CTREA et boycottent le CREA

Déclaration intersyndicale suite à interruption de séance du CTREA reporté du 18 juin 19

L’intersyndicale FSU-CGT, UNSA, FO ,SGEN-CFDT dénonce les conditions de rentrée 2019 avec la baisse de DGH de  7000h en Bourgogne Franche-Comté alors que les effectifs de l’Enseignement Agricole Public ne baissaient pas.

Cette baisse de DGH va avoir pour conséquences d’accentuer le déséquilibre entre les établissements. Certains établissements auront les moyens de financer les dédoublements, les options  ce qui  leur permettra de rester attractif.  Ce financement sur budget est-il en plus légal ! Les établissements qui n’auront pas les moyens  verront leur attractivité fortement impactée alors que le ministère de l’agriculture affiche une volonté d’augmenter les effectifs !

La suppression des seuils et les réformes en cours génèrent déjà des tensions importantes au sein des équipes pédagogiques, dégradera fortement les conditions d’apprentissage des élèves et augmente les risques psycho-sociaux des équipes.

Face à cette situation, l’intersyndicale FSU-CGT, FO, UNSA, décide de quitter la séance du CTREA du 17 Juin 2019.

Boycott du CREA

Contre le rouleau compresseur en marche,au mépris des nombreuses mobilisations qui se déroulent depuis des mois,

Contre les conditions inacceptables de la rentrée 2019 dans l’enseignement agricole

L’INTERSYNDICALE DE L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE DE Bourgogne Franche Comté  appelle à Boycotter le CREA .

NON à la baisse du volume des heures d’enseignement (dotation horaire),

 NON au rehaussement et à la suppression du caractère impératif des seuils de dédoublement des classes pour faire des TP et TD dans de bonnes conditions pédagogiques et de sécurité

 NON aux réformes du bac général (disparition de l’agronomie des enseignements obligatoires, etc.) et du bac technologique STAV (Grand oral évaluant l’éloquence en lieu et place d’un oral technique s’appuyant sur le stage individuel en entreprise ou organisme, etc.) qui vont mettre en cause leur attractivité et leur maintien dans l’enseignement agricole

NON à la concurrence généralisée organisée entre lycées, contraire aux principes du service public qui doit garantir l’égalité entre les citoyen·nes et entre les territoires, et entre les voies de formation

 NON à l’ « autonomie » des directeurs·trices qui pourront décider localement à quelles filières, quelles disciplines sera attribué le volume important de « non-affecté », mettant ainsi en cause le caractère national des diplômes et l’égalité entre les citoyen·nes

OUI à des conditions d’emploi favorables et protectrices pour les agent·es contractuel·les de CFA et CFPPA (obligations de service calquées sur celles des enseignant.es des lycées, avancement selon les grilles titulaires pour tous les ACB, formateurs  et administratifs) définies par décret

NON au mixage des publics : élèves, apprenti·es et stagiaires de la formation continue

 OUI à des moyens à hauteur des besoins pour créer les conditions réellement favorables à l’augmentation des effectifs dans les établissements d’Enseignement Agricole

TOU·TES ENSEMBLE POUR DÉFENDRE NOS REVENDICATIONS !

Déclaration au CTREA

Déclaration au CREA