Les réformes du Bac général, du Bac STAV et de la formation professionnelle imposées au forceps par le gouvernement contre l’avis des personnels et des usagers, se traduisent par des modifications importantes de nos dispositifs de formations et de nos spécificités.

Les véritables objectifs de ces réformes sont la suppression de postes, la réduction des contenus de formation, la remise en cause du caractère national des diplômes et la perte de reconnaissance du Bac comme premier grade universitaire.

Depuis la rentrée 2017, le gouvernement (le MEN et MAA) œuvre à la réforme du Bac général et technologique avec pour éléments essentiels :

  • La fin des séries L, ES et S
  • Des enseignements à la « carte » avec des différences selon les établissements et les territoires quant à l’offre des spécialités et options.
  • La diminution des heures d’enseignement
  • La réduction des épreuves terminales et l’augmentation du contrôle continu pour 40% des notes du Bac.

Ces réformes se traduisent (sous couvert de baisse d’effectif) par la suppression de postes (50 pour la rentrée 2019 dans l’enseignement agricole). Elles s’inscrivent dans la modification des modalités de poursuites des études dans l’enseignement supérieur, Parcoursup, qui instaure une sélection à l’entrée à l’université, notamment pour des raisons budgétaires (il manque 60 000 places d’étudiants au niveau national). En individualisant les diplômes, ces réformes réduiront à terme les droits des salariés reconnus par les conventions collectives.

Pour l’Enseignement agricole public

Bac général :

Si les enseignements de biologie-écologie et Ecologie Agronomie Territoire sont maintenus dans les lycées agricoles, cette réforme pose des problèmes spécifiques pour nos établissements :

  • le choix des enseignements de spécialités en terminale (sans connaître les pré-requis demandés par l’enseignement supérieur) et les moyens nécessaires à leur mise en place.
  • la mise en place du contrôle continu et ses modalités (correction des épreuves CCF….)
  • l’inquiétude des familles pour l’orientation et ses conséquences pour le recrutement dans nos classes de seconde GT.

Le Bac STAV :

Les Organisations Syndicales, dont FO Enseignement Agricole, ont réussi à maintenir les 5 EIL (domaines technologiques), les périodes de stage (individuel et collectif) et l’Ecologie Agronomie Territoire et Développement Durable (EATDD) dans nos établissements. Mais d’autres aspects de la mise en œuvre de cette réforme sont inadmissibles :

  • La réforme imposée sans véritable négociation avec les représentants des personnels et une mascarade de consultation des équipes pédagogiques.
  • Des réductions d’horaires dans certaines disciplines.
  • La non affectation disciplinaire des horaires de pluri.
  • L’absence de répartition des horaires d’enseignement entre cours, TP et TD
  • L’absence d’indication des seuils de dédoublement pour chaque discipline.
  • Le manque d’information sur les contenus et recommandations pédagogiques à quelques mois de la rentrée scolaire de 2019.
  • La très faible valorisation du stage en milieu professionnel.
  • Un grand oral aux modalités très floues.

C’est pourquoi des organisations syndicales, dont FO Enseignement Agricole, ont rejeté cette réforme au CNEA et adressé le 14 février 2019 au ministre un courrier de revendications qui reste toujours sans réponse.

La formation professionnelle :

FO Enseignement Agricole s’inquiète de la diminution du rôle du MAA et des DRAAF dans la carte des formations professionnelles au bénéfice des Régions et des branches professionnelles qui entrainera un déséquilibre sur les territoires.

FO Enseignement Agricole s’oppose à la volonté du MAA d’instituer la mixité des publics et des parcours qui dégrade les conditions de travail des enseignants et qui impose des parcours de formation non choisis par les apprenants.

FO Enseignement Agricole s’inquiète de la menace qui pèse sur les classes à faible effectif pour des raisons budgétaires alors que la formation professionnelle a déjà été fortement dégradée avec la réforme du Bac Pro en 3 ans et la suppression des classes de BEPA.

  • Nous exigeons le maintien des diplômes nationaux et du Bac, premier grade permettant de s’inscrire aux formations supérieures de son choix.
  • Nous exigeons le maintien et au respect des seuils de dédoublement.
  • Nous exigeons l’affectation disciplinaire des heures de pluridisciplinarité et des stages collectifs.
  • Nous exigeons le respect du dialogue social pour de véritables négociations.
  • Nous refusons un enseignement au rabais.
  • Nous rejetons les réformes du Bac Général et du Bac STAV.

Télécharger le communiqué

 

Communiqué suite au groupe de travail 6 mars 2019

Revalorisationv2 150319

FO était représentée par Rachel SEKULA, suppléante à la CAP des PLPA et Nicolas GILOT, référent FO pour les PCEA.

Les projets de textes présentés régissent :

Echelon spécial :

8 CPE, 54 PCEA et 35 PLPA sont éligibles au 1er septembre 2018.

Critères d’éligibilité :

  • -3 ans d’ancienneté minimum au 4ème échelon de la classe exceptionnelle. (Ancienneté conservée incluse)
  • - L’avis de la hiérarchie est réputé favorable, dans le cas contraire il doit être justifié.
  • - L’échelon spécial représentera 20% des agents au grade classe exceptionnelle.

Calendrier :

  • Avril 2019 : publication de l’arrêté.
  • Mai 2019 : communication aux établissements de la liste des agents éligibles
  • 14 mai 2019 : transmission des dossiers au bureau de gestion

RDV de carrière :

Environ 480 agents (PCEA, PLPA et CPE) sont éligibles pour 2019-2020.

PPCR instaure 3 rendez-vous de carrière permettant un avancement « accéléré » basé sur l’appréciation de la valeur professionnelle des agents :

  • la deuxième année du 6ème échelon de la classe normale,
  • entre le 18ème et le 30ème mois du 8ème échelon de la classe normale,
  • la deuxième année du 9ème échelon de la classe normale.

Calendrier :

  • Mai 2019 : publication de la note de service.
  • 30 juin 2019 : les agents concernés seront prévenus avant cette date par courrier et reçoivent un guide d’accompagnement.
  • Octobre 2019 à avril 2020 : déroulement des RDV de carrière : Ils sont constitués d’une inspection (agent prévenu au plus tard un mois avant la date) avec échange et d’un entretien avec le directeur d’établissement. Les grilles d’évaluation (détaillées dans la NS et dans le guide), adaptées à 9 situations d’agents différentes, contiennent trois groupes d’item, un pour l’inspecteur, un pour le directeur et un conjoint directeur/inspecteur.
  • 10 mai 2020 : date butoir du retour des comptes rendus aux agents.
  • 1er juin 2020 : date butoir de retour des observations de l’agent. L’appréciation finale devra être transmise au plus tard le 20 juin.

Un délai de 45 jours pour révision est prévu. Les CAP de bonification et de recours se dérouleront au 1er trimestre année scolaire 2020-21.

 

Pourquoi ont-ils signé PPCR ??? 

FO Enseignement Agricole s’est opposée et a voté contre la mise en place de PPCR (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations). En effet, en échange de quelques maigres points d’indice, dont la plupart proviennent d’un transfert points/primes (ISOE), les durées de carrière sont allongées ! C’en est fini des 3 rythmes d'avancement (grand choix, choix, ancienneté). PPCR adopte une cadence unique calée sur le rythme "lent"... (sauf aux échelons 6 et 8). On comprend donc que 70% des agents des 6ème et 8ème échelons ne méritent rien comme 100% des agents des autres échelons ! La majorité des collègues sera lésée par ce système qui va créer de la tension entre les agents sans récompenser ceux qui se consacreront pleinement à l’enseignement ou dans le collectif.

Avec ce dispositif, les carrières s’allongent et l’augmentation insignifiante de la rémunération est déjà neutralisée par l’augmentation des retenues pour pension (Rappel : prélèvement de 8,39% du traitement brut en 2010, elles représentent 10,29% en 2017 pour atteindre 11,10 % en 2020). Ce sont les agents qui payent !!

A cela s’ajoute la classe exceptionnelle qui n’est pas accessible à tous. Son accès est exclu pour pratiquement tous les enseignants qui dans leur carrière n’ont fait que de l’enseignement car ils ne pourront candidater que dans le 3ème vivier, seul de droit aux enseignants ou CPE ayant atteint le 6e échelon de la hors classe (soit seulement 20% des promotions).

FO dénonce un grade discriminant, valorisant certaines missions au détriment d’autres et dévalorisant le métier d’enseignant.

Cerise sur le gâteau, l’échelon spécial sera encore moins accessible à tous !

 Revalorisation150319

Télécharger le document