De semaine en semaine, la colère populaire, portée par les « gilets jaunes », gronde.

FO, comprend cette colère. Nous posons les mêmes questions. Et nos résolutions proposent des réponses que nous portons aux ministères. FO revendique le rôle d’interlocuteur social. Nous avions mis en garde le gouvernement de l‘époque contre la réforme territoriale qui a contribué à éloigner les usagers des services publics.

Le gouvernement actuel, qui reste résolument fermé aux justes revendications des syndicats, a lancé le « grand débat », en écran de fumée. Pendant ce temps-là, la casse du service public se poursuit au détriment des agents et des usagers !

Défendons notre modèle social, notre service public républicain ! Faisons reculer le gouvernement !

RESISTER, REVENDIQUER, RECONQUERIR !

FO répond : « L’urgence sociale est là ! ». Le service public, c’est la République ! C’est la garantie de l’égalité d’accès aux services pour tous les citoyens !

FO revendique depuis plusieurs années la nécessité de mettre fin aux «réformes », et particulièrement la dernière en date, AP 2022 et les 120 000 suppressions d’emplois prévues sur le quinquennat. Le seul objectif du gouvernement est de supprimer des effectifs, de fermer des services publics et de privatiser des missions au détriment du service à l’usager !

FO revendique des salaires dignes pour les fonctionnaires, la revalorisation du point d’indice, gelé depuis plusieurs années, en rattrapage, a minima, des pertes subies et l’ouverture immédiate de négociations sur les grilles indiciaires et les carrières.

FO conteste aussi la réforme des retraites, qui, à l’évidence vise à de nouveaux reculs de l’âge de départ. FO confirme son opposition à un régime universel par points dont la valeur varierait chaque année.

FO est viscéralement attachée au maintien du code des pensions civiles et militaires !

Le Conseil Syndical National porte avec détermination ces revendications qui sont celles du Congrès de Vers et du Conseil Syndical National de 2018.

A l’évidence, pour être entendus tant du gouvernement que du patronat, nous devons être en mesure de réagir sur le terrain de l’action syndicale.

Les salariés, public et privé, doivent s’arrêter ensemble le même jour pour dire : STOP, on ne peut plus subir ! Nous voulons être entendus ! Tel est le sens d’une action de grève interprofessionnelle.

C’est pourquoi le Conseil Syndical de FO Enseignement Agricole s’associe à la Confédération FO qui appelle tous les salariés du privé, les agents du public, les retraités à se mobiliser.

Tout le monde dans la rue, en grève et en manifestation le 19 mars, pour revendiquer :

  • l’augmentation générale des salaires par la revalorisation immédiate de la valeur du point d’indice, une augmentation du Smic, une juste réforme fiscale, la défense des services publics par l’abandon des contre-réformes de la Fonction Publique, de la Santé et de l’Ecole,
  • le recrutement d’un fonctionnaire sur chaque emploi civil permanent conformément à l’article 3 du statut,
  • le refus de la privatisation des missions,
  • le maintien de la totalité des compétences des CAP et CCP garantes de l’égalité des droits, des CHSCT garants de la santé, sécurité au travail,
  • l’abandon du projet de loi « transformation de la Fonction Publique ».
  • la défense du code des pensions civiles et le refus de la création d’un régime de retraite unique par points,
  • l'annulation du jour de carence,
  • le refus de la dégradation de nos conditions de travail avec notamment le projet de suppression des seuils de dédoublement dans nos classes,
  • l’abandon des réformes des Bac et de Parcoursup qui ne visent qu'à faire des économies de moyens sans se préoccuper de l'intérêt des apprenants,
  • la modification de la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » qui, en l’état, aboutira à la destruction de l’offre de formation professionnelle agricole publique.

Ces revendications, défendons-les, ensemble,

en étant en grève et dans les manifestations à l’appel de FO,

le mardi 19 mars 2019 !

Fonctionnaires et agents publics, salariés du privé,

il y a urgence à se mobiliser largement

contre les attaques subies.

Télécharger le communiqué