En préambule, la DGER présente ce groupe de travail comme un nouveau temps d’échanges et un retour sur la grande consultation (130 réponses dont 67 d’équipes).

La DGER aborde le groupe de travail en présentant la synthèse issue de la consultation. Elle précise que 7 thématiques sont récurrentes.

  • L’évaluation vue par la DGER. Elle est « gravée dans le marbre » par décret dans le code de l’éducation. Ainsi l’enseignement agricole est contraint par 5 épreuves terminales. Les CCF restent à la main du ministère de l’Agriculture. Une note de service est en cours d’écriture pour en donner les grandes orientations. La première session du bac aura lieu en 2021. Mais la première session des épreuves anticipées se déroulera en juin 2020. Le contenu et les référentiels restent à la main de l’inspection. Pour délivrer le diplôme, chaque candidat doit obtenir une note moyenne supérieure à 10. Les épreuves terminales comptent pour 60%. Les CCF n’ont pas de coefficients mentionnés puisqu’ils ont tous les mêmes coefficients. La moyenne de ces CCF va compter pour 30% de l’examen. La moyenne des bulletins sera comptabilisée pour 10% de l’examen. Le choix de la DGER pour reconstituer les 60% se justifie par un souhait d’équilibre entre enseignement commun et spécialités du nouveau bac technologique similaire au STAV actuel. Une des volontés de la réforme du bac est de réduire le nombre d’épreuves (15 au total). Pour la durée de l’épreuve de philosophie, la durée est de 4 heures à l’EN et de 3h dans l’enseignement agricole. Les 3h sont un compromis entre l’EN et l’actuel au ministère de l’Agriculture.

FO EA pose la question du carnet de bord de lecture pour le Français et de sa mise en œuvre. La DGER répond qu’un travail de l’inspection sera conduit d’ici la fin de l’année afin qu’une réponse soit apportée aux équipes. L’écrit d’invention sera maintenu, à la différence avec l’EN

Lire la suite