Mme la ministre du Travail et M. le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation invitent les Organisations Syndicales pour leur présenter la loi sur la réforme de l'apprentissage.

Nous aurions pu y aller… On nous a demandé de préparer nos questions aux ministres…

FO Enseignement Agricole n’a pas attendu l’invitation des ministres pour analyser le texte de cette loi, dans sa première mouture et suivre son évolution au fil des amendements à l’Assemblée nationale et maintenant au Sénat. FO Enseignement Agricole n’a pas attendu l’invitation des ministres pour demander la concertation afin de porter ses revendications.

Notre rôle n'est pas de « juger » cette réforme mais bien d'évaluer l'impact qu'elle est susceptible d'avoir sur les centres de formations d'apprentis et surtout leurs personnels.

Au ministère du Travail, chez la conseillère du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et dans toutes les instances, nous avons alerté sur le risque de privatisation et de mise en concurrence des CFAA publics avec des organismes de formation privés (MFR, notamment). Nous ne voulons pas voir nos CFAA disparaître !

Nous avons aussi fait savoir notre inquiétude sur la situation des 6000 agents exerçant en CFAA et CFPPA Cela fait 35 ans que ces personnels sont les grands oubliés. C’était l’occasion de rouvrir ce dossier, conformément à notre demande !

En effet, selon le DGER, il ne faut pas déconnecter ce projet de loi de la négociation sur la partie 2 du Protocole qui a eu lieu le 5 juillet (comme ça va vite tout à coup !!!). Un formateur, recruté à bac + 5 est payé le SMIC et fait 1607 heures ! Si ça continue cela pourrait passer à 1614 heures. Voilà pour l’avenir radieux promis dans le nouveau monde ! Le protocole sera-t-il un outil au service de la performance économique des centres ?

Lire la suite